Généalogiste professionnel ou du bonheur d’exercer un métier hors norme

pexels-photo-207962


Je suis généalogiste familiale.
Ah bon ? Heu /: sourire contrits / mais comme profession, vous faites quoi ?
Ben … généalogiste familiale professionnelle /: avec du professionnel dedans, ça devrait mieux passer / …
Je vous mets dans quelle catégorie alors ?
Profession libérale, je pense que ce sera parfait /: soupirs / !
Quelques jours plus tard, rappel du même service.
Bonjour, votre notice est publiée vous êtes dans la catégorie « toilettage pour chien ».
Ah, ben c’est bien bête alors /: le désespoir amène les jeux de mots tout pourris, désolée /

Ce petit extrait d’un dialogue non imaginaire n’est que le reflet d’une vaste méconnaissance de notre profession. A leur décharge, pour ceux qui ignorent complètement la signification du mot « généalogie » et de ses dérivés, on peut le comprendre, qu’on soit généalogiste, généalogique ou généalogue, hein, après tout, c’est « bien pareil ma p’tite dame » ! Alors généalogiste professionnel

Eh puis vous là, qui rigolez /: parce qu’après tout si vous êtes sur mon blog, c’est que vous avez peut-être une petite idée de ce qu’est la généalogie / vous savez ce que c’est qu’un feutier ? Ah ben voilà ! Comme quoi, on sait pas tout !

Non, on ne sait pas tout. Mais quand les remarques viennent des « connaisseurs », alors là …

– Ah, ça y’est tu te lances ? Oh ben moi tu sais j’ai pas besoin d’un pro, depuis, le temps que j’en fais de la généalogie, on va pas m’apprendre.
– Un généalogiste professionnel ? Cela ne sert à rien, les associations de généalogie répondent à vos demandes GRATUITEMENT elles !
– Bah, tout est en ligne maintenant, je vais quand même pas payer une recherche généalogique pour un truc que je peux faire de chez moi !

A ce moment quatre choix s’imposent :

  • vous sombrez dans un océan de désespoir et finissez comme Calimero avec une coquille d’œuf sur la tête … /:bof/
  • vous fourbissez vos armes et réglez vos comptes … /:bof bof/
  • vous respirez et tentez  de vous justifier d’expliquer … /:bof bof bof yoga/
  • vous respirez quand même et vous levez la tête en vous disant que le soleil brille, même pour les généalogistes professionnels. /:espoir/

Le métier de généalogiste  existe-t’il vraiment ?

Oui c’est décidé, haut les cœurs, c’est en professionnel que vous allez agir.

Et j’insiste, « professionnel » fait encore sens même si généalogiste n’est pas une profession réglementée, qu’il n’existe pas de diplôme d’état, que chacun peut s’auto-instituer comme tel en partant du principe qu’il fait des recherches aux Archives départementales depuis des années, qu’il est passionné et qu’il a dépanné d’autres généalogistes amateurs.

Oui mais …

La profession recouvre bien d’autres aspects que l’amateur n’appréhende pas forcément. Le plus important étant peut-être qu’il gère une entreprise. Le client /: le généalogiste professionnel a des clients, car il s’agit de son métier, il gagne de l’argent pour vivre / attend un travail précis du généalogiste, pas un arbre à l’aspect énigmatique, ou une avalanche d’actes dont il ne saura quoi faire, ni une généalogie toute faite jusqu’à Mathusalem alors qu’il n’avait demandé qu’à débloquer un bout de branche bien précis.

Recherche généalogique implique compétence et rigueur

Le client attend une réponse à son problème, il attend un rapport précis, clair et complet de fin de recherches. Il tient à ce que les délais soient respectés. Il aime à ce que le professionnel soit à son écoute. Le professionnel n’est pas là pour se faire plaisir /: un peu quand même, si / mais pour répondre à des attentes. Il ne peut se contenter de l’à peu près, il  se doit d’épuiser les sources d’archives qu’il se doit de connaître parfaitement.

Puis quand une recherche se termine, que la facture est envoyée, le professionnel a encore du travail : communiquer, écrire des articles, maintenir son site internet, prospecter, faire sa comptabilité, répondre aux administrations, classer ses dossiers, réaliser des devis, prendre de nouveaux contacts, payer ses impôts…

Généalogiste professionnel : expertise, expérience ou expert ?

Le généalogiste professionnel aime son métier et comme il l’aime, il met tout en oeuvre pour prouver que son travail est exemplaire parce que son plus grand plaisir c’est quand il rend un résultat abouti et que même s’il n’a pas trouvé L’ACTE, il sait /:et le client aussi/, pourquoi !

Il doit pour cela se former sans cesse aux techniques de recherches généalogiques. Si les sources documentaires n’ont pas de secrets pour lui, il s’y connaît en sciences humaines dont bien sûr en Histoire, en particulier l’histoire locale et régionale (en tant que généalogiste professionnelle au Pays Basque j’étudie en permanence dans ce domaine).

Il s’y connait également en droit parce qu’il est sans arrêt confronté à des thématiques d’ordre juridique, même s’il n’est pas généalogiste successoral. Cela lui permet de travailler dans les fonds d’archives juridiques et de comprendre les mécanismes des successions par exemple.

Son expérience ? Il l’a doit à sa curiosité sans cesse renouvelée et à une forme d’honnêteté morale à laquelle il tient par dessus tout : quand il ne sait pas, il le dit et il entame des recherches pour trouver la réponse. En conclusion, cette spécialisation dans une pratique généalogique débutée peut-être par des recherches personnelles ne tiendra sur le long terme que si le travail fourni est de grande qualité. Les clients ne s’y trompent pas !

Notes

Le métier de feutier : http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/02/827215-feutier-ce-metier-unique-en-france.html

D’autres articles sur la profession de généalogiste

Conditions

Prestations & Tarifs

Advertisements