Geneatheme : généalogie côté insolite

mariage_pexels-photo-light

« Malgré votre âge avancé, Mademoiselle Poutine, je souhaite ardemment vous prendre comme épouse. Après 19 années de vie commune, cela me semble naturel d’autant que nous légitimerons notre fille Marie et lui permettrons ainsi de se marier en toute sérénité dans les jours à venir« .

Ce petit dialogue que j’ai imaginé et attribué péremptoirement à Pierre Petite est pourtant basé sur un acte d’état civil bien réel, aussi insolite soit-il.

Pierre Petite, 56 ans, cultivateur à Gouze, épouse le 2 juin 1841,  Marie Poutine, 60 ans. Le couple reconnait Marie Poutine, née le 9 septembre 1822, comme étant leur fille. Deux jours après, le 4 juin, l’officier rédige l’acte de mariage de Marie devenue Petite surnommée Poutine et de Mathieu Lassalle dit Graba.

Las, Mathieu le jeune époux décède 5 mois après, laissant Marie bien seule. Elle attendra deux ans avant de se remarier avec Pierre Pene-Araspy, de 10 années son aîné et veuf lui aussi.

Outre le nom, Poutine, qui m’a interpellée (actualité oblige), ce sont bien sûr les parents qui m’ont laissée perplexe. Avaient’ils oublié qu’ils n’étaient pas mariés ? Avaient’ils négligé ce « léger » détail et repoussé autant que possible le « passage à l’acte » ? Nous ne le saurons pas, bien évidemment. Mais interrogative quant à cette situation de vie dans un Béarn somme toute assez pieux, je cherchais plus avant. Et j’ai trouvé d’autres actes présentant des situations similaires. Le phénomène n’était donc pas exceptionnel. Peut-être une résurgence des coutumes anciennes et des « mariages à l’essai » fréquents dans notre région pendant l’Ancien Régime et dont je vous parlerai une autre fois ou une préoccupation purement matérialiste, histoire de préparer une succession …

Petits exemples pour prolonger ce moment d’insolite lecture

En 1836 Salvat Bordenave, tisserand à Espiute, 57 ans, épouse Jeanne Labourt, 45 ans, originaire d’Athos. Le couple en profite pour légitimer 6 enfants (oui, 6 !) : Jacques, Pierre, Charles, Jacques, Jean-Pierre et Daniel nés entre 1820 et 1834.

A Labets-Biscay, Bertrand Ahano, 60 ans épouse la « demoiselle » [sic] Goliasse, Jeanne de son prénom et 58 d’âge. Ils reconnaissent leurs deux grands garçons : Arnaud, 28 ans et Jean 16 ans. Au moins auront-ils pu aider à la préparation de la noce !

Sources

Le patrnonyme Poutine est fréquent en Béarn. D’origine gasconne, il est à rattacher à la famille des Poutou, Poutonnet, Poton et Potina de pòt « lèvre, baiser ».

 

Publicités