Edouard Ducéré

La généalogie d’Edouard Ducéré est bien ancrée en terres landaises, la branche paternelle s’établissant entre Mont-de-Marsan et Levignacq. Le côté maternel puise ses racines à Bayonne, la ville qu’il chérissait et dont il aimait raconter l’histoire.

Les parents d’Edouard, Pierre-Romain et Sophie Catherine Lecussan se sont mariés en juin 1848 à Bayonne, ville natale de Sophie, alors que Pierre-Romain est né lui à Mont-de-Marsan en 1813. D’ailleurs sa famille réside dans les Landes : son frère aîné Jean exerce comme horloger à Dax et son cadet, Pierre-Louis comme chirurgien à Mont-de-Marsan. Ils assistent au mariage de leur frère à Bayonne en compagnie de la famille de Sophie et de ses deux frères Etienne-Edouard marchand parfumeur et Jean-François-Prosper alors marchand confiseur. Au moment de son mariage Pierre-Romain a perdu ses parents : Arnaud Ducéré ancien huissier public décédé jeune en 1817 à l’âge de 43 ans à Mont-de-Marsan et sa mère 10 années plus tard en 1827 dans la même ville. Edouard n’aura donc pas la chance de connaître ses grands-parents paternels.

Edouard naît une année après le mariage de ses parents à Bayonne le 22 juillet 1849 au 27 de la rue Port Neuf.

Pour ouvrir l’arbre généalogique cliquez dans l’imagearbre_ducere_save-copy-copy

Son père  est alors horloger et tient un atelier sous les arcades de la même rue. Edouard a 2 ans et demi quand sa sœur Marie-Jeanne naît, une sœur qu’il aura la tristesse de perdre trois années plus tard en 1855. Il n’aura pas non plus la chance de connaître ses grands-parents maternels car son grand-père Pierre Lecussan,  d’abord aide-pharmacien puis marchand parfumeur décède quelques jours avant sa naissance en juin 1849 et sa grand-mère Marguerite Amestoy 10 années auparavant en 1839. Mais il pourra compter sur ses oncles Lecussan qui sont d’ailleurs témoins à sa naissance, et à celle de sa sœur.

quelques_vues_de_biarritz_et_-cromer_gabriel_btv1b8432975b
Bayonne, la Nive et les arcades du quai de la Galuperie, 1896, Cromer Gabriel (1873-1934) photographe. BNF département des Estampes et photographies 4-VE-1198 (4)

Horloger comme son père Pierre-Romain, il s’intéresse très vite à l’étude des langues dont le basque puis à l’histoire locale. Lecteur passionné et fréquentant assidûment la Bibliothèque municipale de Bayonne, il se vit confier le poste de bibliothécaire en tant qu’adjoint de Léon Hiriart en 1880.  A la mort de son père en 1883, il reprend l’atelier d’horlogerie qu’il tiendra avec sa mère. Mais celle-ci décède 7 années plus tard en 1890. Il se consacre alors entièrement à sa charge de bibliothécaire et développe une grande culture doublée d’une connaissance pointue des événements locaux. Il publie de nombreux textes. En parallèle, il s’occupe aussi de la Société des Lettres et Arts de Bayonne dont il est secrétaire. Il fut chargé ensuite du classement des archives de la Chambre de Commerce avant de devenir Bibliothécaire en chef de la ville pour laquelle il se dévoua jusqu’à la fin de sa vie. Il s’éteignit le 18 août 1910, dans son domicile de la rue des Faures à proximité du site sur lequel allait s’installer plus tard, en 1977, la médiathèque que nous connaissons aujourd’hui.

Sources documentaires

Advertisements