La généalogie amorcerait-elle enfin le virage de la modernité ?

street-sign-663366_640

Sous ce titre sciemment provocateur, je souhaite simplement mettre l’accent sur la série d’événements qui tendent à prouver le dynamisme qui caractérise la généalogie actuelle.
Et cet élan est parti pour durer.
Dire que la population (française certes, mais aussi étrangère) compte de plus en plus de généalogistes amateurs et qu’internet a changé toute la donne deviennent des évidences, bientôt des lieux communs.
La pratique de la généalogie s’ouvre au plus grand nombre. Elle devient accessible à tous pour s’extraire enfin d’une certaine confidentialité et ça c’est tant mieux !

Des leaders

Filae.com vient de frapper un grand coup. En permettant l’accès global et centralisé à tout l’état civil du XIXème (enfin presque mais à terme ce sera), Toussaint Roze et son équipe ont confirmé leur rôle de locomotive. En prenant des risques et en les adossant à une communication osée, Filae.com dit ce qu’elle est : une entreprise commerciale. C’est un chemin chaotique et bien aventureux qu’à choisi là généalogie.com aujourd’hui Filae (y aurait-il un latiniste dans l’équipe ?) car il est de tradition en France de penser la généalogie comme incompatible avec toute forme de mercantilisme ou de transaction financière, bref d’argent ! La généalogie est dans le don. Oui le don, pur, désintéressé, le beau, le vrai.
Mais est-ce vraiment le cas ou n’est-ce pas un peu hypocrite ?
Cette vision simpliste de Filae (ex genealogie.com) cantonnée a son rôle de méchant a vécu mais elle revient à la vie, par sursauts indignés au sein des forums, des groupes de discussion (les ex Yahoo) et les commentaires d’articles : « Attention, Filae va vous voler vos données », « ils ne sont intéressés que par votre argent ». Geneanet aussi est parfois soupçonnée. Combien de fois ai-je entendu (de mes propres oreilles) « Geneanet va vous prendre tous vos relevés ». Heu, comment dire …. (oui je fais des relevés pour ma petite association locale : Gen&O pour ne rien vous cacher).
Je suis toujours perplexe face à ce genre de réactions ancrées à l’aulne du (dé)passé. Mais je pense qu’elles s’expliquent en partie par la longue hégémonie (qui tend à l’effritement) qu’ont fait régner les associations sur la pratique de la généalogie en France. Vous vous rappelez, celles qui font des relevés depuis des décennies et qui les mettent sur Internet (ou pas). Associations composées de bénévoles qui ne comptent pas leurs heures pour indexer l’état civil entre autre. Certes l’action est belle : entraide, partage, dénuée d’intéressement et j’aimerais qu’elle perdure. Oui mais à condition que les associations comprennent ce qu’elles sont : des associations à but non lucratif et qu’elles reviennent aux fondamentaux du bénévolat (les volontaires bienveillants qui font quelque chose gratuitement et sans obligation). Alors je pense que si les Associations veulent survivre (et après l’ouragan Filae, ça va devenir compliqué), elles doivent renouer avec la gratuité et déverrouiller leurs bases pour les rendre accessibles à tous, librement. (J’entends déjà les cris !). Le nombre d’adhérents va chuter ? Ben … de toute façon, c’est inéluctable …
Et puis elles ont une carte formidable à jouer : expliquer et former, former et expliquer … localement, spécifiquement. Alors, elle est pas belle la vie ?

abstract-1338064_640

Science fiction ou vrai futur ?

Comme l’ont très bien dit mes petits camarades avant moi, que les acteurs majeurs de la généalogie en France soient aussi dynamiques est formidable. Geneanet et Filae se complètent, chacune avec leur approche différente de la pratique généalogique. N’oublions pas pour autant les jeunes Geneatech, Famicity, Brozer. Ceux qui ont fait leur preuve et ont su se remettre en question comme Heredis, les soutiens inconditionnels et les incontournables : La Revue française de généalogie, France Genweb, l’immense Gallica … Je ne pourrais les citer tous mais cela montre à quel point les choses changent et ce changement crée une dynamique riche qui comble les amateurs de généalogie. Il y en a pour tous les goûts et c’est cette diversité qu’il faut continuer à faire exister. Les services d’archives sont également entraînés dans ce tourbillon créatif et proposent des solutions innovantes, mettant en avant des fonds moins connus que l’état civil, expliquant avec bienveillance et simplicité l’accès aux documents compliqués et démontrant que l’accès à leur salle de lecture n’est pas seulement réservé aux érudits locaux et aux universitaires mais également aux amateurs et à leurs questions surprenantes (1).

Et les généalogistes professionnels dans tout ça ?

Ils ne peuvent que se réjouir (voire même exécuter une petite Happy Dance) ! Leur matériau de base est en effet décuplé au centuple : la richesse des documents d’archives est à portée de main. Eux qui justement connaissent avec finesse les fonds un peu particuliers (c’est leur métier), vont pouvoir accélérer la construction de l’ossature généalogique grâce à l’état civil indexé et l’enrichir, lui « donner de la chair » comme dit Stéphane Cosson, avec bien d’autres documents. Oui, nous les pro, nous serons alors à même de vous proposer une histoire approfondie, vivante sur vos ancêtres et pas seulement un arbre un peu triste avec des noms et des dates.

sprout-1136131_640

Alors oui la généalogie entre de plein fouet dans la modernité avec un appétit insatiable de découvertes, d’éveil à la curiosité du passé et des « vieux papiers » ou chacun peut s’emparer de son histoire, se l’approprier à sa façon et ce grâce à l’immense diversité des accès à la connaissance qu’Internet a rendue possible (en partie d’ailleurs, tant il existe de nombreuses autres sources non numérisées en bibliothèque ou en archives). C’est cette pluralité qui rend la recherche généalogique captivante. Le « chercher autrement » ou le « genealogical search disruptive » est en marche.
__________________________
Ceux qui en parlent aussi :
Brigitte 
Clément
Thomas
Guillaume de Morand Revue française de généalogie
Sophie (ma consœur)
Et pour comprendre un peu mieux l’aspect juridique de la chose « FILAE.com, en mouvement dans les pas de la loi pour des données libres »

(1)  « Je cherche ma grand-mère, on m’a dit de venir ici, vous l’auriez pas dans tous les vieux papiers que vous gardez ici ? » (N’y voyez point de moquerie, nous avons tous commencé un jour).

Publicités

2 réflexions sur “La généalogie amorcerait-elle enfin le virage de la modernité ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s